FR
EN

34ème VENTE GARDEN PARTY - II

 
Consulter les détails de la vente

Lot 314

Asie Mineure occidentale, Période chalcolithique (v. 3300-2500 av. J.-C.). Grande...
Asie Mineure occidentale, Période chalcolithique (v. 3300-2500 av. J.-C.). Grande...
Asie Mineure occidentale, Période chalcolithique (v. 3300-2500 av. J.-C.). Grande...
Asie Mineure occidentale, Période chalcolithique (v. 3300-2500 av. J.-C.). Grande...
Asie Mineure occidentale, Période chalcolithique (v. 3300-2500 av. J.-C.). Grande...
Asie Mineure occidentale, Période chalcolithique (v. 3300-2500 av. J.-C.). Grande...
Asie Mineure occidentale, Période chalcolithique (v. 3300-2500 av. J.-C.). Grande...

Asie Mineure occidentale, Période chalcolithique (v. 3300-2500 av. J.-C.).
Grande idole de type « Kilia », dite aussi « contemplatrice d’étoile »

en marbre. Elle représente une femme debout, nue, aux formes schématisées et simples. Les bras sont pliés au niveau des coudes et serrés contre le corps, comme pour soutenir les seins.

Haut. 13,6 cm.
(Manques - pieds et tête - et éraflures).

Provenance : vente Sotheby’s, Antiquities, New York, 18 juin 1991, lot 55.

A ca. 3300-2500 B.C. Western Asia Minor marble idol.

Bibliographie : Catalogue d’exposition, "Les trésors de la collection Al Thani à l’hôtel de la Marine", Éditions du patrimoine, Centre des monuments nationaux, 2021, p. 62-63.

Une idole de ce type est actuellement visible à l’exposition de la collection Al Thani à l’Hôtel de la Marine à Paris. Le catalogue indique que notre exemplaire fait partie des rares idoles de grandes dimensions : « Les petites statuettes de ce type sont relativement abondantes, mais, parmi les grandes versions, une douzaine seulement nous est parvenue. D’une hauteur comprise entre 14 et 24 centimètres environ, elles représentent clairement l’aboutissement d’une longue tradition. »

Ces idoles « Kilia » sont nommées d’après une figurine provenant d’un site près de Gallipoli, dans la Chersonèse, sur le rivage européen du détroit des Dardanelles. La typologie, caractérisée par une grande stabilité du schéma (contrairement par exemple aux statuettes cycladiques qui sont partiellement contemporaines et géographiquement proches) et la « longévité » de ces idoles sont surprenantes. D’après les données actuellement connues, les statuettes « Kilia » seraient apparues vers la fin du Ve millénaire av. J.-C. et n’auraient été totalement abandonnées que pendant le IIIe millénaire av. J.-C. Elles étaient répandues en Anatolie centro-occidentale (le site le plus à l’est serait Kirsehir, en Cappadoce), en Troade et peut-être aussi en Thrace. La signification de ces statuettes reste hypothétique mais, comme beaucoup d’autres figurines contemporaines, elles sont généralement mises en relation avec les croyances religieuses et magiques liées à la fertilité et à la fécondité.

Adjugé : 22 000 €

Pour aller plus loin
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :