FR
EN

Gourde impériale Qianlong

Mercredi 02 Mai 2018

La magie du bleu blanc et du céladon dans les fours de Tang Ying

Gourde impériale Qianlong
Voir le 360°

Numéro 11 de la 30e vente Garden Party le 10 juin 2018 au château d'Artigny
Vendue 5 084 000 €, record mondial.

CHINE - Époque QIANLONG (1736 - 1795)

Rare GOURDE BAOYUEPING en porcelaine émaillée céladon sur la panse et en bleu sous couverte sur les côtés et le col.
La panse à décor moulé sous la couverte des huit symboles bouddhiques (bajixiang) dans des pétales de lotus stylisées : la roue du dharma (connaissance), la conque (voix de bouddha), la bannière de victoire (bataille victorieuse de l'enseignement de bouddha sur tous les obstacles), le dais (protection et puissance spirituelle), la fleur de lotus (pureté et illumination), le vase précieux (richesse), la paire de poisson (bonheur conjugal), le nœud sans fin (harmonie) ; ils forment une roue autour d'un médaillon central. La bordure de la panse ornée d'une frise de grecques. Les côtés en bleu blanc à décor de deux lotus et deux pivoines dans leur feuillage sur chaque côté ; le col, les anses et le talon ornés de fleurs stylisées dans leur feuillage. Les anses en forme de lingzhi. La bordure supérieure du col et le talon émaillés céladon et rehaussés à l'or (probablement postérieur) de grecques.
Au revers de la base, la marque à six caractères en zhuanshu et en bleu sous couverte de Qianlong.

Haut. 49 cm.

Provenance: descendance d'un officier d'état-major de la Marine royale en mission en mer de Chine dans les années 1842-1847, à l'occasion de l'ambassade du ministre de Lagrenée conduisant au traité de Huangpuen en 1844 - qui, avec ses privilèges, ouvre cinq ports de Chine au commerce français. Propriété du Val de Loire.

Référence :
Gourde similaire vendue le 10 avril 2006, Sotheby's Hong Kong, n°1519.

Des gourdes similaires en porcelaine bleu blanc conservées :
- Harvard Art Museum, Cambrigde, n°1911.8.
- Yunnan provincial Museum, Kunming
- National Museum of China, Beijing
- Asian Art Museum, San Francisco, n°B60P89

VISITE PRIVÉE AVEC PHILIPPE ROUILLAC




PRÉSENTATION PAR LE CABINET PORTIER


Le décor combiné d'une partie émaillée céladon et d'une autre en bleu blanc est extrêmement rare sur ce genre de gourdes, qui sont plus répandues avec un décor entièrement en bleu blanc.

Cette forme de gourde (baoyueping) fut développée à l'époque Yongle (1403-1424), avec sa forme plate et un décor en léger relief orné de fleurs évoluant de manière élégante dans leur feuillage. Ces formes sont elles-mêmes inspirées d'objets contemporains en métal et en verre de l'art islamique. Les pièces de l'époque Yongle (1402-1424) ne comportaient pas de pied, alors qu'à l'époque Yongzheng (1722-1735) et Qianlong (1735-1796) ces gourdes se dressent sur un haut pied afin d'être regardées de tous les côtés.

Le décor moulé en relief des fleurs n'apparaît que sous l'époque Qianlong. Il figure ici les huit symboles bouddhiques (bajixiang), qui sont moulés sous la couverte puis émaillés céladon, ce qui donne à l’ensemble un aspect de profondeur. Cette technique est régulièrement utilisée sur les porcelaines émaillées céladon au XVIIIe siècle ; pour un exemplaire d'une autre forme, voir John Ayers, Chinese Ceramics in the Baur Collection, vol.2, Geneva, 1999, pl. 290.

La qualité des gourdes de cette dimension témoigne de la grandeur de la production impériale des fours de Jingdezhen dans la province de Jiangxi pendant le règne de Qianlong. La production de pièces de cette taille requiert le plus haut niveau de compétence parmi les artisans potiers et céramistes de Jingdezhen. Ils travaillent sous l’autorité de Tang Ying (1682-1756), l’éminent surveillant général de Jingdezhen particulièrement apprécié par Qianlong. Tang Yin était constamment à la recherche de pièces magistrales innovantes, mélangeant les formes et les décors des pièces historiques dans le goût du XVIIIe siècle.

Tang Ying est employé par le Neiwufu (Département du Ménage Impérial) dans la Cité Interdite à l'âge de seize ans. Il fut formé à l'art des émaux et des peintures dans les ateliers d'émaillage situés dans le Yangxindian (Hall de la Cultivation de l'Esprit). S’inspirant des pièces impériales étudiées à cette époque, il créa des pièces de forme nouvelle avec des décors sublimes. En 1728, il est nommé commissaire (yuanwailang) par le Ministère des Affaires Intérieures et est envoyé à Jingdezhen pour superviser la production des porcelaines impériales. Sous son influence, qui dura plus de vingt ans, les porcelaines issues des ateliers impériaux atteignirent un niveau de qualité sans précédent. Les archives nous apprennent que Qianlong demanda à Tang Ying de créer des pièces spécialement pour lui.

Cette gourde comporte des traces de dorure sur le col et le talon qui furent très probablement appliquées postérieurement, puis effacées sur la panse.
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :