FR
EN

28ème VENTE GARDEN PARTY

 
Consulter les détails de la vente

Lot 356

d'après Jean-Baptiste NINI (Urbino, 1717- Chaumont sur Loire, 1786).
Marie-Catherine Jacquet...
d'après Jean-Baptiste NINI (Urbino, 1717- Chaumont sur Loire, 1786).
Marie-Catherine Jacquet...
d'après Jean-Baptiste NINI (Urbino, 1717- Chaumont sur Loire, 1786).
Marie-Catherine Jacquet...
d'après Jean-Baptiste NINI (Urbino, 1717- Chaumont sur Loire, 1786).
Marie-Catherine Jacquet...

d'après Jean-Baptiste NINI (Urbino, 1717- Chaumont sur Loire, 1786).
Marie-Catherine Jacquet et Orien Marais, 1775.

Moule en terre cuite daté 1775.
Inscription : sur le pourtour du médaillon "M.C.J / O.M.B " (ponctué de sept rosaces); signé et daté en creux sous la tranche du buste "NINI F 1775".

Haut. 2,2, Diam. 12,8 cm. (accidents).
Fixé sur une pierre calcaire.

Provenance : maison de famille Beulay, avoué, rue du palais à Blois.

After Jean-Baptiste NINI. Terracotta MOULD figuring MARIE-CATHERINE JACQUET and ORIEN MARAIS set on limestone, 1775.

Rouillac.com, le plus : "Sept moules inédits de Nini". Dossier complet préparé avec le concours de Brice Langlois et d'Alexandre Posson, étudiants du master Histoire de l'Art de l'Université François Rabelais à Tours. (fig.7)

Si Nini fait quelques portraits de personnages célèbres, s’ajoute à côté les images des protagonistes du cercle de Chaumont, à commencer par le double portrait de Marie-Catherine Jacquet et Orien Marais datant de 1775. « Procureur fiscal, notaire et régisseur de la seigneurie de Chaumont ». Orien Marais n’a assurément pas le même statut que Franklin. En ce sens, ce portrait se conçoit davantage comme une représentation intime d’un couple d’amis de Nini, plus qu’un portrait d’apparat. Par ailleurs, la composition et le traitement des visages sont relativement comparables au double portrait de Claudine de Bussy et Jean Bouin réalisé deux ans plus tard en 1777. Cette évidente inspiration renseigne sur le travail de l’artiste, qui devait vraisemblablement reprendre à dessein certains caractères de ses compositions.

Le moule dont nous avons la charge mesure 130 mm. Cela montre un retrait d’un centimètre de l’argile à la cuisson avec le médaillon de Blois (120 mm), qui a été authentifié comme véritable après des analyses scientifiques menées à l’occasion de l’exposition de 2001. Nous devons toutefois noter l’écart de diamètre important entre notre moule et le médaillon du Metropolitan Museum (110 mm), qui a contrario pourrait s’avérer être une reproduction du XIXe siècle, alors que note moule serait du XVIIIe.

Adjugé : 3 800 €

Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :