FR
EN

26ème VENTE GARDEN PARTY

 
Consulter les détails de la vente

Lot 487

GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...
GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et...

GARNITURE DE CHEMINÉE dite "de MARIE-ANTOINETTE" composée d'une pendule et d'une paire de candélabres en bronze ciselé et doré et marbre blanc.
La PENDULE à cadran émaillé blanc, indiquant les heures en chiffres romains et les minutes en chiffres arabes protégé par un verre bombé. Il s'inscrit dans une borne architecturée soutenue par des consoles à enroulement. Un vase fleuri reposant sur quatre pieds sabots à attache en tête de bélier à l'amortissement. Base de forme rectangulaire à ressaut central incrusté d'une frise bachique figurant des putti. Elle repose sur six pieds toupie cannelés à frise feuillagée. Riche ornementation de feuillages stylisés, guirlandes de fleurs, frise d'oves, rais de perles et tores de laurier. Cadran et mouvement signés de Lemerle - Charpentier & Cie / Bronziers / 8, rue Charlot à Paris.
La PAIRE DE CANDÉLABRES à sept lumières. Le fût central agrémenté de trois enroulements feuillagés. Ils reposent sur une base tripode de forme circulaire à trois ressauts.

Style Louis XVI, seconde moitié du XIXe.

Pendule : Haut. 65, Long. 50, Larg. 20 cm. (une guirlande accidentée).
Candélabres : Haut. 78, Diam. 34 cm. (électrifiés).

Bibliographie :
- Pierre Verlet, "Les Bronzes Dorés Français du XVIIIe siècle", éd. Picard, Cahors, 1987, ill. p. 313.

Une pendule similaire à celle que nous présentons est conservée au Musée des Arts décoratifs (legs Grandjean). Créé vers 1780, ce modèle fut répété plusieurs fois par l'horloger Robert Robin (1741-1799), Valet de Chambre-Horloger Ordinaire du Roi et de la Reine. Pierre Verlet note : "Une pendule répondant à cette description (...) appartint à Marie-Antoinette (inv., n°33)".

Adjugé : 6 000 €

Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :