FR
EN

25ème VENTE AUX ENCHÈRES À CHEVERNY

 
Consulter les détails de la vente

Lot 277

D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...
D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...
D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...
D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...
D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...
D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...
D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...
D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...
D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)Buste de femme...

D'après Jean-Baptiste PIGALLE (Paris, 1714 - Paris, 1785)
Buste de femme aux cheveux noués.

Terre cuite estampée, signée sur le socle "J B Pigalle" et datée "1753".
Marques noires sur le socle "V" et "12".

Travail ancien, XVIIIe - XIXe siècle.

Haut. 59 cm. (accidents, petits manques).

Provenance : ancienne collection Brenot au château du Rivau, Indre-et-Loire.

À la demande de grands commanditaires, les portraits sculptés deviennent au XVIIIe siècle des chefs d'oeuvre, à l'égal de la sculpture monumentale. La Marquise de Pompadour prend sous son aile Jean-Baptiste Pigalle, qui lui livre un premier portrait en buste en 1751. Travaillant également pour le château des Ormes appartenant au marquis d'Argenson, Pigalle représente à nouveau la Pompadour en 1753. Elle est en pied, dans un pendant à la sculpture de Louis XV, pour le parc du château de Bellevue, dans une figure allégorique intitulée "L'amitié sous les traits de Mme de Pompadour", aujourd'hui au musée du Louvre. Les cheveux noués de la femme sur ce buste rappellent ceux de cette oeuvre : "La physionomie est fine et gracieuse ; on y reconnait à la fois l'expression de tendresse et celle de l'esprit le plus délicat ; ses cheveux décorent les tempes de leurs ondulations ; ils sont ramenés à l'aide d'un léger ruban qui passe sur le devant de la tête, formant une couronne nattée, et tombent par derrière en flots élégants. " in Prosper Tarbé, "La vie et les oeuvres de Jean-Baptiste Pigalle", éd. Renouard, Paris, 1859, pp. 57, 58.

Estimation : 2 000 € ~ 4 000 €

Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :