FR
EN

Samois, été 1917

Samedi 11 juin 2022

par Albert Marquet

Lot 108 - Albert Marquet (Bordeaux, 1875-1947, Paris) Samois, été, 1917
Lot 108 - Albert Marquet (Bordeaux, 1875-1947, Paris) Samois, été, 1917
Claude Monet, Impression, soleil levant, 1872, musée Marmottan Monet (n°
4014)

Albert Marquet (Bordeaux, 1875-1947, Paris)

Samois, été 1917

Toile signée en bas à droite.

Haut. 65,3 Larg. 81,5 cm.

Provenance : collection de M. et Mme K., Touraine.

Avis d'inclusion dans le catalogue raisonné digital en préparation par Wildenstein Plattner Institute Inc.

Bibliographie :
- Collectif, "Albert Marquet, Peintre du temps suspendu", Paris Musée, 2016, œuvre à mettre en rapport : L’Île aux Cygnes, l’été, Herblay, 1919, reproduite p. 117.
- Collectif, "Marquet, Vues de Paris et de l’Île-de-France", Paris Musée, 2004, œuvre à mettre en rapport : Samois, l’île, 1917, reproduite p. 66.

Peintre de la marine, Marquet ne cesse de voyager au cours de sa vie, parcourant la France, les rives de la Méditerranée, l’Europe et le reste du monde. Mais c’est avant tout Paris et les rives de la Seine qui remportent son affection. Il a ici posé son chevalet en amont de la capitale française, à Samois-sur-Seine, en bordure de la forêt de Fontainebleau.

DE MONET A MARQUET L'OBSESSION DU REFLET

Élève de Gustave Moreau et grand ami d’Henri Matisse, l’artiste développe un art unique, aux compositions élégantes et poétiques. Marquet s’affranchit de toute convention théorique, livrant des paysages qui synthétisent la nature. Le peintre se démarque des grands courants artistiques, bien qu'il leur doive tout. En 1875, date de sa naissance, la peinture de paysage jouit d’un engouement sans précédent. Comme pour tant d’autres à cette époque, l’eau est un sujet obsessionnel. Le reflet des arbres, comme pour Monet, inspire à Marquet de puissantes compositions doublement inversées.

Suivant une sensibilité différente des impressionnistes, il ne s’intéresse pas à la diffraction de la lumière sous l’effet du clapotis de l’eau et préfère atténuer les altérations de la lumière pour que la couleur envahisse la toile, créant ainsi une vision énigmatique, parfois à la limite de l’abstraction.
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :