FR
EN

Vendu 3,6 millions d’euros, le tableau avait été retrouvé en Vendée

Lundi 11 juin 2018

Ouest France

Rouillac Ouest France

Organisée dimanche 10 juin près de Tours (Indre-et-Loire), la vente aux enchères a retenu l’attention des médias. Peinte par l’un des frères Le Nain au milieu du XVIIe siècle, l’huile a failli être vendue en même temps que quelques "vieilleries".

3,6 millions d’euros : c’est le montant de l’enchère organisée dimanche 10 juin 2018 pour un tableau de l’un des frères Le Nain. Son histoire est insolite : conservée dans le salon d’une septuagénaire vendéenne, l’œuvre a bien failli être vendue pour pas grand-chose ou presque. Prise d’un doute, la propriétaire du chef-d’œuvre avait contacté les commissaires-priseurs Philippe Rouillac et son fils en octobre 2017.
Lors de l’annonce de l’enchère, Aymeric Rouillac avait raconté l’échange à l’AFP : « Elle m’explique qu’elle vend des vieilleries sur Internet et qu’elle a un doute sur un tableau offert par sa grand-mère dans les années 1950. »
L’œuvre, représentant un enfant Jésus blond méditant devant une croix, a été acquise par « un collectionneur français amateur de peinture du XVIIe siècle », a expliqué Philippe Rouillac, à l’issue de cette vente au château d’Artigny, près de Tours (Indre-et-Loire).
Sur le mur du salon

La toile, une huile de 72 cm sur 54 cm, représente Jésus, à l’âge de 6 à 8 ans, à genoux, les bras croisés sur le cœur. L’enfant blond a les yeux bleus, la peau claire, les traits fins, les joues roses, les lèvres colorées.
« Quand je suis arrivé chez elle, le tableau était accroché au mur du salon », avait-il ajouté. Avec l’autorisation de la propriétaire, il avait emporté le tableau pour l’étudier. Collection du capitaine Henri Loret (1862-1950), fils de « marchands de nouveautés », la toile avait été conservée dans sa maison de Nantes, avant d’être transmise dans les années 1950 à l’une de ses petites-filles.

Aucune information n’est disponible quant à la commune de résidence de la propriétaire.
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :