FR
EN

32ème VENTE GARDEN PARTY - I

 
Consulter les détails de la vente

Lot 68

La LETTRE de la BATAILLE de SARATOGA, 1777

Rarissime lettre autographe...
La LETTRE de la BATAILLE de SARATOGA, 1777

Rarissime lettre autographe...
La LETTRE de la BATAILLE de SARATOGA, 1777

Rarissime lettre autographe...
La LETTRE de la BATAILLE de SARATOGA, 1777

Rarissime lettre autographe...
La LETTRE de la BATAILLE de SARATOGA, 1777

Rarissime lettre autographe...

La LETTRE de la BATAILLE de SARATOGA, 1777

Rarissime lettre autographe signée de Richard BACHE (1737-1811), Second Postmaster General des États-Unis d'Amérique et gendre de Benjamin Franklin, datée du 15 octobre 1777, écrite du camp de l'armée continentale durant la campagne de Philadelphie, adressée à son épouse Sarah Franklin-Bache à Summer Seat près de Trenton, annonçant la victoire de Saratoga.
2 pages in-8 (petits manques).

The unpublished letter sent by Richard Bache, second postmaster general of the United States of America to his wife, the daughter of Benkamin Franklin, announcing the victory of Saratoga during the Revolutionary War on October 15, 1777.

Le mercredi matin 15 octobre 1777, Richard Bache est installé dans la ferme de Benjamin Fuller, située à Towamencin, le long de la North Wales road, à trois-quarts de mile du quartier général de George Washington, basé dans la ferme de Frederick Wampole. Au repos dans cette ferme depuis trois jours, Bache est en attente des ordres du général John Mease (1746-1826), intendant de l'armée continentale, pour reprendre la route. Une dépêche militaire apporte une nouvelle majeure, qui annonce un tournant décisif dans la campagne militaire.

Dans sa lettre à son épouse, Richard Bache reproduit instantanément une partie du contenu de cette dépêche militaire reçue pour le général Washington. Elle annonce la déroute des troupes britanniques commandées par le général Burgoyne à Saratoga dans l'État de New York. Bache écrit ainsi que le 7 octobre, au cours d'une bataille, le général Gates et l'armée continentale ont capturé plus de deux cent prisonniers, trois cent trente tentes, neuf pièces de canons en laiton de six à douze livres, et ont fait un grand nombre de tués et trois cent blessés. Le général Gates a envoyé une partie de ses troupes à la poursuite de l'armée du général anglais Burgoyne qui est en fuite, espérant ainsi obtenir une belle victoire dans cette contrée des États-Unis. Bache précise que les généraux Benjamin Lincoln (1733-1810) et Benedict Arnold (1741-1801) ont été tous deux blessés à la jambe, mais que cette grande nouvelle a regonflé le moral des troupes américaines. Le général Washington a ordonné que treize coups de canons soient tirés dans le parc d'artillerie de Towamencin pour célébrer cet événement.

LETTRES INÉDITES DE LA GUERRE D'INDÉPENDANCE AMÉRICAINE

Dix-neuf lettres entièrement inédites, écrites entre 1775 et 1784 par des "révolutionnaires" américains, et retrouvées fortuitement, évoquent un pan de l'histoire de la guerre d'Indépendance des États-Unis d'Amérique.

Une lettre exceptionnelle et rarissime, envoyée par le haut responsable des dépêches de l'armée continentale, du quartier général de George Washington près de Philadelphie, à son épouse, la fille unique de Benjamin Franklin, annonce en exclusivité la déroute de l'armée anglaise lors de la seconde bataille de Saratoga en octobre 1777.

Un lot insolite de dix-huit lettres écrites par des marchands-corsaires et officiers proaméricains mettent en exergue leur rôle majeur dans le maintien du commerce entre les colonies révoltées et le vieux continent, déjouant ainsi le blocus imposé par la Grande-Bretagne, et de leur guérilla maritime menée contre la flotte britannique. Notamment trois missives écrites en 1776 et 1777 par Daniel Roberdeau (1727-1795), First brigadier-general dans l'armée continentale, membre du Congrès et propriétaire du premier navire corsaire américain qui a capturé trois navires anglais dans le détroit de Floride en mai 1776.

Prolongements sur rouillac.com.

Adjugé : 10 000 €

Pour aller plus loin
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :