FR
EN

Les Nymphéas de Monet

Dimanche 01 mars 2020

Un fragment transmis par son jardinier à Giverny

Monet , Nymphéas

Claude MONET (Paris, 1840 - Giverny, 1926)

Les Nymphéas (fragment).

Toile.

Haut. 42,7 Larg. 46,7 cm.
(restaurations).

Provenance :
- succession Michel Monet ; donné à la famille Blin, jardinier de Claude Monet ;
- par descendance, Gérard Blin, Giverny ;
- collection Patrick Dumont, camarade de Gérard Blin, Eure ;
- collection particulière, Val d'Oise.

A fragment of the Nympheas by Claude Monet offered to his gardener.

Les fragments de Claude Monet ne font pas l'objet d'avis d'inclusion du Wildenstein Platner Institute mais sont conservés dans les archives de cette institution au titre de document informatif.

Le cycle des Nymphéas est probablement la série la plus célèbre de Claude Monet. Le père de l'impressionnisme livre, devant son bassin de nénuphars à Giverny, une peinture évolutive : un art de l'éphémère qui anticipe l'abstraction. Parmi ces toiles invariablement hautes de deux mètres, celles conservées au musée de l'Orangerie à Paris offrent un panorama inoubliable. Pourtant, Monet se montre parfois hésitant, confronté à la difficulté de représenter l'impression que produit chez lui " de l'eau avec de l'herbe dans le fond […] c'est admirable à voir, mais c'est à rendre fou de vouloir faire ça ". Ces autres toiles qu'il a lacérées et parfois jetées ont quelque fois échappé à la destruction. Récupérées par sa belle-fille, ou parfois utilisées comme décor mural par son jardinier Eugène Blin, quelques reliques des Nymphéas subsistent encore.

À la mort de Michel Monet, le fils du peintre, les Blin disposent de l'usufruit de la maison de Giverny et reçoivent ces toiles. Le fragment que nous présentons appartenait à un camarade de Gérard Blin, le fils du jardinier du peintre, ainsi qu'en témoigne leur directrice d'école dans une lettre autographe. Il est à rapprocher d'un autre fragment exposé en 1992 à la Stadthalle à Balingen lors de l'exposition "Claude Monet" (n°32), puis vendu à Paris le 21 novembre 2011 (Me Millon, n°63). Ces feuilles de nénuphars posées sur l'eau nous éclairent tel un phare de l'histoire de l'Art, symboliquement sauvegardées par celui qui avait la charge de prendre soin du sujet de ce cycle.
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :