FR
EN

Que valent vos trésors ? 8 Mai 1945 : la chute d’un symbole

Samedi 09 mai 2020
Précédent

La Nouvelle République, Que valent vos trésors ?

Le premier plat de forme oblongue représente le symbole des chasseurs alpins de la Werhmacht
Le second a été produit pour la Lutwaffe, l'armée de l'air dirigée par Goering

Cette semaine, un lecteur de Herbault nous fait parvenir la photographie de deux plats de la Seconde Guerre mondiale. Me Philippe Rouillac, commissaire-priseur, nous donne son avis.

Nous commémorons ce week-end 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale en fêtant le 8 Mai 1945, la capitulation de l’Allemagne nazie. C’est donc l’occasion de revenir sur la grande histoire au travers d’objets produits durant la guerre. Les plats de notre lecteur ont été réalisés à cette période, car présentant chacun la croix gammée, symbole du IIIe Reich d’Hitler. Aujourd’hui, il est interdit de « porter ou exhiber en public un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés […] par les membres d’une organisation déclarée criminelle ». Le régime de l’Allemagne nazie étant considéré comme une organisation criminelle, vous seriez passible d’une amende jusqu’à 1.500 € si vous contreveniez à cette disposition du Code pénal. Serait-ce à dire que notre lecteur, ou nous-mêmes en reproduisant l’image de ces objets, pourrions être condamnés au paiement de cette amende ? Évidemment non ! En effet, il est possible de reproduire la croix gammée à titre éducatif et pédagogique. Aussi, notre lecteur est dans son bon droit en détenant ces deux plats. Il ne peut, en revanche, pas les exhiber ou les vendre en les montrant, pas plus que toute autre arme, objets, souvenirs. C’est pour cela que la vente des militaria nazis est soumise à la dissimulation de la croix. Elle n’en demeure pas moins honteuse, et entache toute profession qui s’y prête.

D’ailleurs, quelle est l’origine de la croix gammée ? La figuration de ce symbole ne remonte pas à la première moitié du XXe siècle européen. On retrouve déjà la croix gammée ou svastika en Mésopotamie entre 3.000 et 2.500 avant J.-C. Elle se diffuse par la suite très largement en Inde. Là-bas, le svastika est signe de bon augure et se présente comme un véritable porte-bonheur repris par la suite par les colons anglais. Le symbole finit par être théorisé à la fin du XIXe siècle selon une mauvaise lecture. Il devient l’image de la race aryenne. Les nazis et leur théoricien, Alfred Rosenberg, reconnaissent que les Aryens sont un peuple de maîtres ancêtres des Germains. Le svastika devient alors « le symbole du combat pour la victoire de l’Aryen ».
Après 60 millions de morts, l’Allemagne nazie plie face aux Alliés. Le 8 Mai 1945 sonne donc la fin du combat pour les défenseurs de l’aryanisme. La commémoration de cette victoire est aussitôt prévue par la loi du 7 mai 1946. Elle fixe la célébration du 8 mai à cette date si ce jour est un dimanche, ou au dimanche suivant dans le cas contraire. La commémoration est vite oubliée et les associations d’anciens combattants réclament la reconnaissance du 8 mai comme jour férié et chômé. Malgré tout, il faut attendre la loi du 2 octobre 1981 pour que ce vœu soit entendu et exaucé.

Porcelaine bon marché

Les deux plats de notre lecteur sont authentiques et relativement courants aux enchères et dans les foires consacrés aux « souvenirs historiques ». Production abondante sans rareté particulière, ni qualité esthétique – il s’agit de décalcomanie pour les insignes, sur une porcelaine bon marché, très épaisse, lourde. Le premier de forme oblongue présente le symbole des chasseurs alpins de la Wehrmacht. Un cercle vert entoure une paire de skis et une pioche sur un edelweiss dont le bouton est orné de l’aigle et de la croix gammée. Le second a été produit par la manufacture de Bauscher Weiden pour la Luftwaffe, l’armée de l’air de Goering. Ces plats peuvent être estimés – pour une clientèle spéciale – chacun autour de 50 euros. Ces prix confirment encore la chute du symbole nazi !
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :