FR
EN

Rosalie a du piquant !

Samedi 27 avril 2019 à 07h
Précédent

Joëlle présente aujourd’hui une baïonnette dont elle souhaite connaître l’origine. Philippe Rouillac, commissaire-priseur, nous donne son avis.



"Seul le mouvement en avant porté jusqu'au corps à corps est décisif et irrésistible", tel était l’adage militaire de la première guerre mondiale. Le combat rapproché pratiqué depuis la nuit des temps faisait encore partie intégrante de la stratégie militaire il y a un siècle. L’objet présenté par Joëlle est une baïonnette… est pas n’importe laquelle !
Surnommée « Rosalie » d’après une chanson de Théodore Botrel populaire auprès des poilus, cette arme blanche est destinée à équiper le Lebel. Fusil à verrou réglementaire de l’armée française dès 1887, c’est la première arme de service à poudre blanche. L’utilisation du Lebel transforme définitivement la façon de faire la guerre. Par le passé, la poudre noire produisait des nuages de fumée rendant la visibilité quasi nulle après les premiers tirs. C’est pourquoi, les différentes troupes utilisaient des uniformes de couleurs vives afin de pouvoir identifier les camps. La poudre blanche ne créant quasiment pas de brouillard, les uniformes criards du début de la grande guerre sont en partie responsables du carnage. Pourtant, malgré des équipements plus camouflés, la suite de la guerre est toujours aussi épouvantable. En témoigne la baïonnette présentée par Joëlle.
Sa lame est en acier cruciforme de 20 cm de long, sa poignée en étain blanc. Sa « croisière », la douille permettant de la fixer à l’extrémité du canon d’un fusil, et son « quillon » une sorte de garde recourbée, sont en métal sombre. Elle est parfaitement identifiable comme une baïonnette française. Conservée à la ceinture dans un fourreau, elle équipe le fusil pour l’assaut. Toutefois, sa taille inhabituelle soulève une interrogation. Contrairement aux lames plates allemandes, la lame cruciforme française avait une taille standard de 52 cm. Soit notre baïonnette a été endommagée et raccourci comme c’était souvent le cas, soit elle se fichait sur un mousqueton R-35, fusil court utilisé par les soldats de l’artillerie ou de la cavalerie.
Quoi qu’il en soit l’utilisation de la baïonnette était identique, courir par-dessus la tranché et venir fouiller d’estoc les entrailles des soldats ennemis. Remplaçant historiquement la pique, la charge à la baïonnette n’était pas aussi fréquente que ce que l’on imagine. Son efficacité relative, moins d’1% des morts le sont suite à l’utilisation d’une arme blanche, était palliée par l’effroi qu’elle suscitait. Ses différentes formes en font également un objet très utile dans le quotidien des poilus.
Demeurant un témoignage poignant de la témérité de nos ancêtres, la baïonnette de Joëlle reste aussi commune qu’un fusil Lebel. Elle peut être estimée entre 20 et 30 euros, d’avantage s’il s’agit d’une plus rare baïonnette de mousqueton.
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :