FR
EN

Des enchères au CCCOD : adjugé, vendu !

Samedi 23 Septembre 2017

La Nouvelle République, Caroline Tronche

Le CCCOD a fait le plein pour cette première vente publique d'art contemporain de la Région.
La lampe de Georges Jouve présentée ce vendredi est le troisième exemplaire connu sur le marché de l'art. Une rareté. - (Photos NR, Julien Pruvost)
Ce serait la 1re fois qu'un établissement culturel public héberge une vente aux enchères #Rouillac #Tours
46.000€, la lampe de G. Jouve établit un nv record mondial. Mais part à l'étranger. Enchères #Rouillac au #CCCOD #tours (3)

Une nef comble, des acheteurs du monde entier : les premières enchères nationales au cœur même d’un centre d’art ressemblent fort à un succès.

La vente ne commence pas avant une demi-heure mais il faut déjà ajouter des chaises. Les curieux affluent pour cette grande première au Centre de création contemporaine Olivier-Debré : une vente aux enchères d'art contemporain.

"C'était une bonne opportunité, sourit le directeur du CCCOD", Alain Julien-Laferrière. "Nous connaissons les Rouillac depuis longtemps et leur amour de l'art. Quand ils ont évoqué l'idée d'enchères ici, dédiées au contemporain, on a tout de suite dit oui."

Et, cette idée, qui a donc rempli la nef ce vendredi après-midi, était une double première pour les commissaires-priseurs Rouillac. La première vente régionale entièrement consacrée à l'art contemporain, mais aussi la première à être organisée dans un centre d'art.

"On n'a encore jamais entendu le Louvre, Versailles ou le centre Pompidou proposer ce genre de rendez-vous", rappelle Aymeric Rouillac.

La suite est un joyeux ballet de mains levées – souvent pour des enchérisseurs au téléphone – et parfois d'âpres luttes pour la centaine d'objets proposée.
- La table Yves Klein, avec son célèbre bleu, a trouvé sa place chez un particulier de Tours qui l'a obtenue pour 18.000 €,
- une partie de la faïencerie Picasso part en Suisse,
- le croquis à l'encre de Le Corbusier va traverser l'Atlantique, direction Los Angeles.

Quant au trésor insoupçonné de cette vente, la lampe anthropomorphe du céramiste Georges Jouve arrivée pour expertise « enroulée dans une couverture au fond d'un sac en plastique » comme s'amuse à le raconter Aymeric Rouillac, elle est adjugée à 46.000 €, record mondial. Mais elle quitte, elle aussi, la France, l'enchérisseur français présent dans la salle ayant abandonné 1.000 € plus tôt.



Caroline Tronche
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :