FR
EN

L'uniforme de Castellane

Dimanche 11 Juin 2017 à 14h30

Colonel de la Garde d'honneur puis du 5e régiment de hussards

Cliquez pour accéder à la vente

132 - GILET d'OFFICIER de la GARDE D'HONNEUR entre 1813 et 1814.


Drap écarlate, galons, tresses et bouton d'argent. Montage original avec doubles coutures des empiècements d'épaule.
État exceptionnel, sans restauration.

Provenance : gilet probablement porté par Boniface, comte de Castellane (Paris, 1788 - Lyon, 1862), colonel-major au 1er régiment des Gardes d'honneur le 21 juin 1813.

A scarlet wool OFFICER VEST from the NAPOLEON'S GUARD of HONNOR, between 1813 and 1814. It was probably owned by Boniface, Count of Castellane.

Créé colonel-major au 1er régiment des Gardes d'honneur le 21 juin 1813, Boniface Esprit Victor Elisabeth, comte de Castellane (Paris, 1788 - Lyon, 1862) est le seul officier supérieur identifié comme ayant pu porter tant ce gilet que cette pelisse, suite à sa nomination comme colonel du régiment de hussards du Bas-Rhin (créé en remplacement du 5e régiment de hussards dissous par Louis XVIII), le 27 septembre 1815.

133 - PELISSE de COLONEL du 5e RÉGIMENT DE HUSSARDS entre 1813-1814.

Drap blanc bordé de fourrure noire, galons, tresses et boutons or.
État exceptionnel. La fourrure brûlée par le temps a été remplacée dans les règles de l'art, ainsi que le bandeau de doublure intérieur en soie du col.

Provenance : pelisse probablement portée par Boniface, comte de Castellane (Paris, 1788 - Lyon, 1862).

A white wool 5th HUSSAR REGIMENT PELISSE, between 1813 and 1814. It was probably owned by Boniface, Count of Castellane.

Créé colonel-major au 1er régiment des Gardes d'honneur le 21 juin 1813, Boniface Esprit Victor Elisabeth, comte de Castellane (Paris, 1788 - Lyon, 1862) est le seul officier supérieur identifié comme ayant pu porter tant ce gilet que cette pelisse, suite à sa nomination comme colonel du régiment de hussards du Bas-Rhin (créé en remplacement du 5e régiment de hussards dissous par Louis XVIII), le 27 septembre 1815.

Présentation sur TV Tours



Émission Tout Sur Un Plateau présentée par Émilie Tardif.

L'UNIFORME DE CASTELLANE

COLONEL DE LA GARDE D'HONNEUR PUIS DU 5E RÉGIMENT DE HUSSARDS


Provenant de la même collection, ces deux vêtements militaires sont manifestement la propriété d'un seul homme ayant à la fois été colonel du 5e régiment de hussards, mais aussi officier ayant servi dans un régiment de la Garde d'honneur entre 1813 et 1814.

Partant de ce constat, il faut s'intéresser aux parcours personnels des protagonistes ayant opérés à la fois dans le 5ème régiment de hussards et la Garde d'honneur entre 1813 et le début de la Restauration, pour tenter de rapprocher ces vêtements militaires de leur commanditaire. Le corpus de personnages ayant servi dans ces deux régiments durant cette période est le suivant : le colonel Charles-Claude Meuziau, Nicolas François Alphonse Fournier, Jean Baptiste Liégeard, Sigismond de Nadaillac et le comte Boniface de Castellane.

Réalisée entre 1813 et 1814 la pelisse de colonel du 5e régiment de hussards a appartenu à l'évidence à un individu de ce corpus. Ce ne peut être Sigismond de Nadaillac qui n'est que chef d'escadron du 5e Hussards à partir de 1813 et dont le grade ne convient pas au vêtement, bien qu'il intègre la Garde d'honneur « qu'il désirait beaucoup » dès la fin de l'année 1813. Il ne peut s'agir non plus du colonel Meuziau, qui est entré trop tôt dans le régiment, en 1809 et dont la pelisse de l'époque ne correspond pas à celle ici présentée.

Les colonels Fournier et Liégeard sont des propriétaires possibles de la pelisse. En effet, le premier est nommé colonel du 5e hussard le 16 mai 1813 tandis que le second passe d'abord colonel à la suite du régiment des hussards d'Angoulême (5e) le 11 août 1814, puis colonel titulaire de ce régiment le 8 octobre 1814. Néanmoins, ni le colonel Fournier, ni le colonel Liégeard, ni d'ailleurs le colonel Meuziau ne possèdent un gilet de la garde d'honneur équivalent à celui que nous présentons. Au vu de l'iconographie connue les concernant, ces derniers possèdent en effet un gilet tressé or tandis que celui dont nous avons la charge est tressé argent. Ces deux éléments d'uniformes provenant d'une même collection, cela les disqualifie.

Reste un personnage encore jamais cité jusqu'à présent, le colonel Boniface Esprit Victor Elisabeth comte de Castellane (Paris, 1788 - Lyon, 1862) dont le parcours personnel concorde davantage à l'attribution de la possession de ces deux tenues du vestiaire militaire.

Entré au service le 4 décembre 1804, jour du couronnement de l'empereur, Castellane gravit un à un les échelons jusqu'à devenir maréchal de France en 1852. Après les campagnes d'Italie, d'Espagne et d'Allemagne où il se voit décoré et chargé de missions importantes par Napoléon, Castellane participe à la campagne de Russie en tant qu'aide de camp, d'abord sous la direction du général Mouton puis du général Narbonne, et s'engage notamment dans la bataille de la Moskova en 1812. Blessé lors de la retraite de Russie, Castellane est néanmoins chargé de la protection personnelle de l'Empereur.

Peu de temps après son retour en France, il est nommé colonel-major au 1er régiment des Gardes d'honneur le 21 juin 1813. Il commande son nouvel uniforme le 16 juillet de la même année. Il est fort probable que le gilet militaire, soit commandé à cette date par Castellane. En drap écarlate, galons, tresses et boutons argent, le gilet témoigne d'une qualité supérieure en comparaison du vestiaire traditionnel des officiers de l'armée. Outre les fantaisies de soutache sur le pourtour du galonnage et des poches qui sont réservées aux officiers supérieurs, ce gilet est aussi exceptionnel de par le fait de la double couture des empiècements d'épaule. Il pourrait être le fruit du travail d'un tailleur civil puisqu'à cette époque les magasins de l'armée sont en pénuries de matière première, ce qui ne correspond pas au demeurant au travail de qualité supérieur proposé dans ce gilet.

Après une brève participation à la campagne d'Allemagne en décembre 1813, Castellane revient à Versailles de janvier à mars 1814. Cette même année, il est colonel. Après les Cent-Jours, il est nommé le 27 septembre 1815 colonel du régiment des hussards du Bas-Rhin, qui ce dernier est organisé à la place du 5e régiment de Hussards depuis le 31 août 1815. Néanmoins le régiment n'est définitivement constitué que le 25 février 1816 après un mélange des unités pour le renforcer considérablement. C'est dans cette période de transition comprise entre septembre 1815 et février 1816, que le comte de Castellane a pu être en possession de cette pelisse blanche, bordée d'astrakan noir, galon, tresses et boutons or, qui était l'uniforme des officiers du régiment du 5e Hussards entre 1813 et 1814. Il est possible que Castellane reçoive cet uniforme des magasins de l'armée où sont gardés les équipements et armements du 5e Hussards en raison de sa dissolution.

Provenant de la même collection, ces exceptionnels éléments d'uniformes militaires appartenaient à l'évidence au comte de Castellane, qui est le seul officier dont la carrière corresponde aux dates de réalisation et de mise à disposition de ces vêtements par les magasins de l'armée.

Télécharger le dossier de présentation complet
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :