FR
EN

32ème VENTE GARDEN PARTY - II

 
Consulter les détails de la vente

Lot 227

OPUS SECTILE en marbre, PLAQUE en MARQUETERIE de PIERRES DURES
Le...
OPUS SECTILE en marbre, PLAQUE en MARQUETERIE de PIERRES DURES
Le...
OPUS SECTILE en marbre, PLAQUE en MARQUETERIE de PIERRES DURES
Le...
OPUS SECTILE en marbre, PLAQUE en MARQUETERIE de PIERRES DURES
Le...
OPUS SECTILE en marbre, PLAQUE en MARQUETERIE de PIERRES DURES
Le...

OPUS SECTILE en marbre, PLAQUE en MARQUETERIE de PIERRES DURES
Le joueur de Zampogna.

Travail ancien, probablement florentin.

Haut. 14,3 Larg. 10 cm.

Provenance : collection particulière, Orléans.

The player of Zampogna, a Florentine hard stone marquetry plate.

La zampogna est un antique instrument de musique de la famille des cornemuses. Typiquement italien, elle est représentée sur cette plaque par un rare travail d'opus sectile ou "commesso fiorentino" dite aussi mosaïque florentine.

La « mosaïque florentine » apparaît à la Renaissance, incluant luxueusement de nombreuses pierres dures de couleurs vives, tels : lapis-lazuli, cornaline, améthyste, agate... Cette technique d'insertion de pierres semi-précieuses est encouragée au XVIe siècle par les Médicis et se perfectionne au fil des siècles grâce à la création, en 1588, de l'Opificio delle Pietre Dure par le grand-duc Ferdinand Ier de Médicis.

Les dessins, fleurs, paysages et figures sont réalisés à l'aide de pièces de pierres de couleur, assemblées les unes à côté des autres, jusqu'à obtenir des effets chromatiques d'effet particulier, semblables à un tableau, tel que défini par Vasari en 1550.

Le terme commisso vient du latin "committere", signifiant "joindre" des morceaux de pierre taillés avec un fil métallique selon une conception initiale. A partir d'un carton composé de sections servant de composition, les différentes pièces sont collées sur un support rigide, puis polies.

De ce modèle florentin naissent plus tard les célèbres manufactures de Prague à la demande de Rodolphe II de Habsbourg, et des Gobelins à l'instigation de Louis XIV, en 1668 .

À la fin du XVIIe siècle, les Corbarelli, une importante famille de marqueteurs de pierres semi-précieuses florentins qui travaillèrent à Brescia, Padoue, Vicence, Modène et Mantoue, introduisent l’art du commisso alla fiorentina dans l’architecture sacrée de décoration d'autels. Ce sont eux qui sont chargés de réaliser les décorations de l'autel de l'église San Domenico de Brescia, aujourdhui disparu. D'autres sculpteurs de Brescia passent également maîtres dans cette technique, en particulier ceux de la famille Gamba.

Estimation : 500 € ~ 800 €

Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :