FR
EN

La mort de saint Joseph

Samedi 09 juillet 2022 à 07h

Cette semaine, Anne de Montoire soumet à notre expertise une peinture mesurant 107 par 90 cm provenant de la maison de ses parents, qui était une ancienne école faisant partie de la communauté des sœurs de Ruillé sur le Loir dans la Sarthe. C’est l’occasion pour Aymeric Rouillac, notre commissaire-priseur, de nous en dire plus sur sa valeur.



Cette grande toile représente la mort de saint Joseph. Entouré de sa femme, la Vierge Marie, et de son fils, Jésus, dans une scène familiale émouvante, le charpentier de Bethléem rejoint les Cieux. On peut d’ailleurs voir le Christ supporter sa tête, tandis que Marie se tient debout auprès de son mari. Le haut de la toile présente un cortège d’angelots, se préparant à accompagner Joseph au paradis au-dessus d’un grand drapé rouge très théâtral. Dans un raccourcis saisissant, les pieds du saint son placé à l’avant de la toile, exactement comme ceux du « Christ mort » du peintre italien Mantegna conservé à la pinacothèque de Brera à Milan. On le voit dans toute sa faiblesse d’homme : âgé, à la barbe hirsute et blanche. Cependant, son visage renvoie une sérénité à toute épreuve face à la mort, dans son passage de la condition d’homme à la sainteté. C’est un exemple de mort heureuse et apaisée. Pour les Chrétiens, Joseph représente la sagesse, la bonté et la justice.

Malgré son rôle essentiel d’éducateur de l’enfant Jésus, il est assez peu mentionné dans la Bible et peu représenté dans l’histoire de l’art. On le voit le plus souvent lors de la Nativité, entre le bœuf et l’âne dans une crèche, ou bien quand la sainte famille fuit en Egypte et qu’il guide et protège les siens en prenant la route de l’exil au pays des Pharaons. Un tableau de Rembrandts conservé au musée des beaux-arts de Tours illustre cette scène avec beaucoup d’émotion. Au Louvre c’est un autre tableau de George de La Tour qui représente Joseph charpentier apprenant le métier à son fils à la lueur d’une bougie qui est l’une des cartes postales les plus vendues du musée !

Notre tableau date lui aussi du XVIIe siècle, une époque où les commandes de peintures religieuses sont très importantes alors qu’il faut décorer les églises construite après les terribles guerres de religion. C’est aussi une période de grands mysticisme, ou des hommes et des femmes témoignent de leur Foi d’une façon très intime et très intense, à l’occasion notamment de visions fortes. C’est ainsi que de nouvelles images sont créées, indépendant des témoignages des évangiles. Peut-être vous souveniez du tableau représentant « Le Christ enfant méditant sur les instruments de la Passion » par les frères Le Nain que nous avions découvert il y a quatre ans, et auquel France 2 avait consacré un long reportage ? Comme pour ce tableau ci la scène avait été inventée de toute pièce par les peintres mais n’en demeurait pas moins émouvante et poignante.

L’originalité de la composition et les grandes dimensions de cette toile ne peuvent toutefois masquer les faiblesses de son exécution, aussi, notre saint Joseph peut-il être estimé entre 400 et 600 euros, voire davantage suivant ses conditions de conservation.
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :