FR
EN

La Lettre de Zenderoudi

Jeudi 07 octobre 2021

par Jacques Farran

LE PERSE LE PLUS EXPOSÉ

Né en 1937 à Téhéran, Charles-Hossein Zenderoudi est probablement l’artiste contemporain originaire de Perse le plus exposé dans les grandes institutions internationales. Présenté en 1970 par la revue Connaissances des Arts comme l’un des dix artistes vivants les plus importants du monde, le MoMA de New York, le British Museum de Londres ou encore le Centre Georges Pompidou de Paris ont fait entrer son oeuvre dans leurs collections.

Exposé dès l’âge de dix-neuf ans, Zenderoudi fonde en 1958, le mouvement Saqqa-Khaneh qui impose une relecture contemporaine d’emprunts iconographiques et conceptuels à la culture perse. En 1960, il s’installe à Paris où il rencontre Giacometti, Fontana, Dubuffet et les écrivains Ionesco et Restany.

OEUVRE D'UN GÉNIE PRÉCOCE

« Lettre » a été peinte à trente ans par un génie précoce, déjà lauréat de la Biennale de Venise six ans plus tôt. L’artiste y déploie son abstraction si particulière dans un style parfaitement maîtrisé. La lettre-signe devient un élément formel non signifiant, organisé de manière structurée et puissante pour scander la surface du support aux coloris frais et lumineux.

Redécouverte à Montpellier, l’œuvre « Lettre » est passée entre les mains des amateurs les plus éclairés, de la très pointue Galerie C.H. le Chanjour à la collection personnelle de Camille Renault. Ce mécène, propriétaire d’un célèbre restaurant à Puteaux, offre aux artistes tels Kupka, Léger, Villon, etc. la possibilité d’inviter critiques d’art et galeristes, à cette table prestigieuse contre des toiles. « Big Boy » Renault rassemble ainsi une très importante collection, se liant d’amitié par la suite avec Sartre, Camus, Le Corbusier ou Picasso.

ORIENT ET ABSTRACTION LYRIQUE

Le restaurateur sensible à la diversité picturale de Zenderoudi, fait entrer cette toile dans sa collection et y appose au revers sa marque, un taureau représentant son signe astrologique.

Grand admirateur de la littérature comparée de René Étiemble, Zenderoudi illustre avec « Lettre » sa pensée et sa pratique universalistes, synthétisant ici Orient et abstraction lyrique. L'artiste explique : « Je suis expert en calligraphie, mais je ne suis pas un calligraphe. Je peins, je ne calligraphie pas des lettres. A l’instar d’un architecte qui utilise des pierres ou des briques pour construire un bâtiment, j’utilise l’écriture pour construire ma peinture ».

présentation par Jacques Farran
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :