FR
EN

Glaçons sur l'Oise, par Gustave Loiseau

Samedi 03 octobre 2020

Le pont à treillis de Pontoise, par un maitre post-impressionniste

Gustave LOISEAU (Paris, 1865 - 1935)

La neige, Pontoise, le pont de chemin de fer, glaçons sur l'Oise, 1914.


Toile signée et datée en bas à gauche.
Étiquettes au dos avec les numéros "20442", "10511" et directement sur le châssis "7860".

Haut. 60 Larg. 81 cm.

Provenance :
- vente à Meaux, Me Corneillan, 22 mars 1992, reproduit en couverture du catalogue, n°13.
- collection particulière, Vienne ; par descendance.

Snow under the Pontoise truss bridge in 1914, oil on canvas by Gustave Loiseau.

Bibliographie :
- Christophe DUVIVIER, Loiseau paysages d'Île-de-France et de Normandie, Paris, Somogy éditions d'art, 2018, pour des oeuvres comparables.
- exposition Gustave Loiseau au musée Camille Pissarro, 2018, à comparer avec des œuvres illustrées pp. 62, 63, 67 présentant le même pont de Pontoise.

À partir de 1887 Gustave Loiseau décide de consacrer sa vie à la peinture. Il séjourne alors à Pont-Aven bénéficiant avec ses acolytes Maxime Maufra, Henry Moret et Émile Bernard des conseils de Paul Gauguin. De 1904 à 1935 il s'installe à Pontoise. Sa peinture explore alors le cycle des saisons à partir de vues du quartier de l'Hermitage, où à l'instar de notre tableau de son pont. Cette construction métallique à treillis de 1860, et en service jusqu'en 1932, était le pont de la première ligne de chemin de fer de la ville. La peinture de Gustave Loiseau s'y déploie entre bruyante modernité et douces variations de l'hiver. L'exposition dédiée à l'artiste postimpressionniste au Musée Camille Pissarro a permis d'apprécier le pont de Pontoise dans l'évolution des saisons confronté à celle de sa peinture. Datée de 1914, notre œuvre s'inscrit parfaitement dans cette série. Souvent représenté pris par la glace, le pont métallique y apparaît figé, contrastant entre la vitesse de la machine à vapeur et lenteur des glaçons transportés par l'Oise.
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :