FR
EN

"Quelle empreinte auras tu laissée sur la Terre pour que ton dieu soit content ?" Chomo

Lundi 23 mars 2020

par Aymeric Rouillac, extrait de "Adjugé ! La saga des Rouillac


Nous ne vivons pas la fin de l’histoire malgré « la chute du mur » ou les épidémies planétaires comme le SIDA, qui emporta le photographe Mapplethorpe (cat. 214). À défaut d’être spirituel comme le prophétisait André Malraux, le XXIe siècle est source de questionnements, tel ce chasseur de météorites cherchant dans les pierres tombées du ciel une réponse à l’origine de la vie sur Terre (cat. 218). Une chose me paraît pourtant acquise : nous sommes entrés dans la plus effrayante période de consommation et d’accumulation de richesses de tous les temps (cat. 217). L’homme a même inventé une montre à vingt-quatre fuseaux horaires pour rester connecté au rythme effréné de la micro-informatique inventée par de géniaux pionniers français (cat. 219) !

Que restera-t-il de ce vertige consumériste ? J’aime à penser que des solutions émergeront de la pratique artistique. Cette pratique sera-t-elle celle de César, dont les accumulations sont un constat nihiliste (cat. 216), ou bien celle de Warhol, dénonçant par un happening les inégalités dans le traitement de la dette argentine par les États-Unis (cat. 213) ? Elle sera peut-être hors normes, comme celle de Chomo, lauréat de quatre prix aux Beaux-Arts de Paris en 1928, qui décida après guerre de vivre en ermite dans la forêt de Fontainebleau et de ne plus créer qu’avec ce qu’il trouverait ou que la nature lui donnerait (cat. 222). Le point nodal de sa démarche ? La réponse à cette question : « Quelle empreinte auras-tu laissée sur la Terre pour que ton dieu soit content ? »

Extrait de "Adjugé ! La saga des Rouillac"
240 pages, 450 photos, 39 €, aux Éditions Monelle Hayot

Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :