FR
EN

TABLEAUX, GRAVURES & DESSINS ANCIENS

Consulter les détails de la vente
Consulter les actualités de la vente
Lot 234
MANUEL VÉLEZ Y CARMONA
Don Quichotte à la venta, 1869

Toile d'origine, signée et datée, illustrant le chapitre XXXI de Cervantès.

Haut. 137, Larg. 160 cm. (restaurations)

JOINTS 5 documents originaux de famille : "papiers concernant le tableau de Don Quichotte".

Si Manuel Velez figure parmi les artistes influents de Séville durant la seconde moitié du XIXe siècle, l’historiographie ne retient qu’à la marge le parcours de ce maître du romantisme espagnol. Seules quelques études consacrées à la peinture sévillane citent ce peintre. Formé à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Sainte Elisabeth de Hongrie, il participe aux expositions sévillanes. En 1864, il reçoit une mention honorifique décernée à l’unanimité lors de l’Exposition nationale pour son épisode de Gil Blas (n°430). En 1868, lors de l’Exposition municipale de 1868, il présente quatre peintures dont un tableau de l’histoire de Dom Quichotte en 1868. Outre des représentations de paysage et études d’après nature, Manuel Velez s’illustre donc pleinement dans le registre du genre historique en représentant l’histoire de Gil Blas et celle de Dom Quichotte. Plus qu’une reconnaissance officielle, Manuel Velez semble surtout recevoir un certain succès auprès de la bourgeoisie de Séville.

Bibliographie :
- GUTIÉRREZ BURÓN, Jesús, Exposiciones nacionales de pintura en España en el siglo XIX, t. II, Universidad complutense de Madrid, 1987, p. 1011
- MARTIN, Magdalena, A new contribution to the study of Seville’s artistic romanticism : two unknown works by paintr Manuel Velez Y Carmona, Université de Séville, 2010.
- OSSORIO Y BERNARD, Manuel, Galería biográfica de artistas españoles del siglo XIX, Madrid, Imprenta a cargo de Ramón Moreno, 1868-1869, p. 270.
- PANTORBA, Bernardino de, Historia y crítica de las Exposiciones Nacionales de Bellas Artes celebradas en España. Madrid. Alcor. 1948, pg. 81. 9 Propuesta de premios y menciones honoríficas que presenta
- VALDIVIESO, Enrique, Historia de la Pintura Sevillana, Sevilla, Ediciones Guadalquivir, 1992, p. 359

Adjugé : 3 500 €
MANUEL VÉLEZ Y CARMONADon Quichotte à la venta, 1869Toile d'origine,...
Lot 234
Lot 292
ILLUSTRATEURS DESSINATEURS, ANNÉES 1900-1930
Lot de 39 planches ou vignettes originales

• Maurice MOTET dit SOYM (1886-1963)
2 planches de 4 dessins chacune, à l’encre de Chine et rehauts de couleur d’époque, signées en bas à droite. Haut. 15, Larg. 54 cm.
• E. NICOLSON
2 planches d’historiettes dessinées à l’encre de Chine rehaussées de bleu aquarellé, avec légendes manuscrites au crayon bleu, signées en bas à droite. Haut. 28, Larg. 21 cm et Haut. 25, Larg. 20 cm. (rousseurs)
• André HELLÉ (1871-1945)
Planche d’une historiette intitulée « Après le grand prix », illustrée de 8 vignettes dessinées à l’encre de Chine et légendées par un dialogue manuscrit à l’encre brune, signée en bas à droite. Haut. 44, Larg. 31 cm. (pli)
• Maurice Boyer dit MORISS (1874-1963)
Planche intitulée « La lettre à 2 sous » illustrée de vignettes dessinées à l’encre de Chine, signée en bas à droite. Haut. 34, Larg. 27 cm.
• Georges d’ESPAGNAT (1870-1950)
Planche intitulée « Un inventeur » illustrée de 6 vignettes dessinées à l’encre de Chine rehaussées de bleu, légendes manuscrites à l’encre brune, signée en bas à droite. Haut. 43,5, Larg. 31,5 cm. (accidents)
• Maurice RAY (1863-1938)
Planche illustrée de 6 vignettes dessinées à l’encre de Chine, légendes manuscrites au crayon bois, signée en bas à droite. Haut. 32, Larg. 46 cm. (en l’état)
• Maurice MAHUT (1878-1929)
15 planches dessinées à l’encre de Chine, chacune reproduisant une scène accompagnée d’une légende manuscrite, signées en bas à gauche ou à droite et en majorité datées entre 1908 et 1911. Haut. 30, Larg. 47 cm ; planches destinées à illustrer des feuilletons parus dans les journaux d’époque.
• 17 vignettes d’un même illustrateur, formats divers, dessinées à l’encre de chine et rehauts de bleu, légendes manuscrites à l’encre brune au dos de chacune
Adjugé : 200 €
ILLUSTRATEURS DESSINATEURS, ANNÉES 1900-1930Lot de 39 planches ou vignettes originales•...
Lot 292
Lot 295
PAUL ALBERT BAUDOÜIN (1844-1931)
Réunion de 32 croquis et esquisses

Portraits au crayon dont le pêcheur, portrait d’Alfred Dumesnil (1821-1894), gendre de Jules Michelet et beau-père de Paul Baudoüin, etc.
Haut. env. 27, Larg. env. 19 cm.

Projets de fresques aquarellées sur papier contrecollées sur carton.
Toutes dimensions, dont Haut. 14, Larg. 51 cm.

Paysages, décors, portrait et natures mortes à la gouache sur carton.
Haut. env. 30, Larg. env. 20 cm.

JOINTS : - 4 portraits photographiques de Paul Baudoüin
- 2 photographies de la propriété familiale des Authieux près de Rouen
- Carte postale représentant la Bourse du Travail de Rouen au décor de fresques de Paul Baudoüin, monument détruit en 1940.
- L.A.S., Vascoeuil, 12 mars 1877, d’Alfred DUMESNIL (1821-1894), gendre de Jules Michelet et beau-père de Paul Albert Baudoüin, 2 pages in-8 : « Votre fils a admirablement travaillé son nouveau tableau que je suis allé voir samedi (…) c’est un digne pendant du vieux sabotier assis près du lit, qui nous a émus tous – seulement la dernière œuvre est encore plus pathétique. Paul est entré dans une voie à lui où il n’a pas à craindre la concurrence, car il peint les paysans en toute sincérité comme il les voit, comme il les comprend, cherchant surtout l’émotion dans l’expression morale. Quand il sera plus maître d’accessoires qu’avec de l’habitude il traitera en choses nécessaires mais secondaires, il fera très vite, très largement, sans retouches. Un pan de rideau seul l’occupe encore mais tout des personnages est terminé et très bien. Non seulement ce tableau me plaît en lui-même mais il m’enchante comme symptôme de son avenir de peintre : il a trouvé son filon individuel. A propos de ces deux tableaux de Paul, il faudrait des cadres qui ne contrastassent pas trop par leur ornementation avec ces deux scènes très tristes, mais relevées par l’expression morale, qui se passent chez les plus pauvres gens qu’il y ait sur terre. Paul me disait ce matin avant de retourner qu’un cadre à gorge profonde serait le mieux. A la place de Paul, j’exposerai ces deux scènes et son paysage de forêt en hiver, pour qu’on connut les faces diverses de son talent…. »

Né à Rouen le 24 octobre 1844 et fils de commerçant, Paul-Albert Baudoüin fit ses études au lycée et manifesta de bonne heure ses goûts artistiques. Dès 1862, il commence par fréquenter l’atelier de Charles Gleyre au n°69 de la rue de Vaugirard à Paris côtoyant Monet, Sisley, Renoir, Lepic, etc. Puis rejoint l’atelier de Jules-Élie Delaunay, spécialiste des grandes compositions (Opéra Garnier, Panthéon, etc). En 1874, il collabore comme assistant auprès de Puvis de Chavannes et devient l’un de ses meilleurs élèves et disciples. Baudoüin rencontre le succès dans la peinture murale et à fresques. En 1880, la ville de Paris lui décerne le 1er prix pour son décor de l’école Dombasle. Rouen, sa ville natale, va lui confier de multiples commandes de décoration de fresques des bâtiments municipaux : en 1884, le foyer du nouveau théâtre des Arts qui brûla en 1944 ; en 1892, le vestibule de la bibliothèque municipale ; en 1896, le décor de la nouvelle salle du conseil municipal à l’Hôtel de Ville ; en 1898, décor de la Chambre de Commerce ; en 1900, tympan du porche du petit Lycée Joyeuse ; etc.
En 1910, le ministère des Beaux-Arts lui commande la décoration intérieure de la cour du Petit Palais à Paris qui le consacra définitivement comme le maître de la fresque. En 1919 lui est confié jusqu’à son décès l’enseignement de la fresque à l’école nationale des Beaux-Arts de Paris. Le musée des Beaux-arts de la ville de Paris conserve plusieurs esquisses dont 3 sur le thème du siège de Paris en 1871.
Adjugé : 950 €
PAUL ALBERT BAUDOÜIN (1844-1931)Réunion de 32 croquis et esquisses Portraits...
Lot 295
Inscrivez-vous à notre newsletter :
Suivez-nous :