TOURS - VENDÔME - PARIS
COMMISSAIRES - PRISEURS
EXPERT PRÈS LA COUR D'APPEL
Tapisseries de Don Quichotte à Mortlake


DEUX TAPISSERIES RELATANT DE FAÇON STYLISÉE LES AVENTURES DE DON QUICHOTTE ET DE SANCHO PANSA.


Bordures en forme de cadres simulés ornés de branches de lierre avec armoiries italiennes (sur l'une).
Manufacture anglaise de Mortlake (Surrey), vers 1670 / 1680.
Coloris exceptionnels, très bon état pour l'une, l'autre étant fragmentaire.
Montées en rideaux avec passementeries sous Napoléon III .

Hauteur : 310 cm (sans les passementeries). Largeur : 316 et 173 cm.

DON QUICHOTTE


"Don Quichotte de la Manche ou L'Ingénieux hidalgo", roman épique en deux parties rédigé en 1605 et en 1615, est le chef d'œuvre de l'espagnol Miguel de Cervantès Saavedra.

Les rocambolesques aventures de Don Quichotte sur son cheval Rossinante accompagné de son écuyer Sancho on fait l'objet d'une vaste iconographie très variée depuis la première édition de 1605 de Lisbonne. Les sujets furent repris aussi bien en peinture qu'en tapisseries, tant par Aubusson que par les ateliers des Gobelins. Parmi les principaux épisodes illustrés on peut citer " Don Quichotte armé chevalier", "La valise de Cardenio", "Sancho Pansa et la duchesse", "Don Quichotte sur un cheval de bois", "La princesses Micomicon", "Dorothée déguisée en berger", "Le repas de Sancho" ou encore "Don Quichotte et la tête enchantée".

Les tapisseries ici présentées sont un "melting pot" de ces différents épisodes.

Bibliographie :
  • Eugène Muntz, Histoire générale de la tapisserie en Angleterre, Italie, Espagne…, Paris, 1898.
  • William George Thomson, Tapestry weaving in England from the earliest times to the end of the XVIIIth century, Londres, 1914.
  • Johannes Hartau, Don Quichote in der Kunst, Wandlungen einer Symbolfigur, Berlin, 1987.
  • Catalogue de l'exposition Don Quijote : tapices espanoles del siglo XVIIIe , Tolède, décembre 2005 - février 2006.

DE CERVANTÈS AU PALAIS ROYAL DE WHITEHALL


Une première tenture, comprenant six pièces d'après le roman de Cervantès, est tissée en 1670 dans les ateliers de Mortlake en Angleterre par James Bridges, originaire de Bruges, et son successeur Francis Poyntz, originaire d'Arras. D'inspiration grotesque "avec des volutes et figures fantastiques, un mouvement joyeux et turbulent, à l'image des mascarades qui avaient lieu à la Cour", elle est exécutée pour le roi Jacques II d'Angleterre, pour l'Antichambre du Palais de Whitehall. Whitehall, principale résidence des souverains anglais dans la capitale de 1530 à 1698, où elle fut détruite par un incendie. Selon l'inventaire des collections royales de 1695, elles avaient été transportées après la mort de la Reine Marie au "WardRobe" de Saint James.

On mentionne également une tapisserie de cette suite en 1675 dans les collections du duc d'Ormond. Une autre tenture de cinq pièces est actuellement conservée dans la salle à manger du Château de Cawdor, dans le nord de l'Ecosse.

Aucun autre exemplaire de cette tenture ne semble, à l'heure actuelle, répertorié.

MANUFACTURE DE MORTLAKE

 
Devant le succès des ateliers de tapisseries du Faubourg Saint-Marcel créés par Henri IV, Jacques Ier d'Angleterre décide lui aussi d’établir une manufacture de tapisseries dans son Royaume pour concurrencer les ateliers flamands.

En août 1620, Sir Francis Crane est chargé de ce projet. Il achète deux maisons à Mortlake (Surrey) pour y installer la manufacture, et fait venir une cinquantaine de tapissiers flamands sous la houlette de Philipp de Maechts, de Bruxelles. Il s’agit à la fois de reproduire des suites anciennes classiques, à partir de cartons italiens et flamands, et d’innover. En 1622, il embauche Francis Cleyn pour produire de nouveaux cartons.

En 1637, Charles Ier successeur de Jacques 1er, rachète la manufacture qui devient atelier royal, sous la direction de Sir James Palmer. Tous les moyens lui étant accordés, sa production devient alors de très grande qualité, surpassant celle des plus grands ateliers continentaux.En 1649, la manufacture est saisie après l’exécution de Charles Ier et Cromwell place à sa tête John Hollenbergh.

En 1662, elle redevient Manufacture royale et passe sous la direction de Sir Sackvill Crow, en 1667, sous celle du Comte de Craven, puis de Sir Ralph Montagu. A la fin du XVIIe siècle, elle a perdu de son importance et la plupart de ses lissiers rejoignent alors la Manufacture de Soho.

Cette Manufacture n'ayant existé qu'assez brièvement, 70 ans, qui plus est durant des périodes très troublées, les tapisseries conservées sont assez rares.