TOURS - VENDÔME - PARIS
COMMISSAIRES - PRISEURS
EXPERT PRÈS LA COUR D'APPEL
Hommage à l'Université

La 23e vente garden party à Cheverny s’honore de la participation de l’Université de Tours, à la rédaction et aux recherches du catalogue. Cette première,pour le marché de l’art , ouvre la voie et montre le chemin que prendront, désormais, de nombreuses ventes aux enchères publiques en France.

Le décloisonnement entre l’Université et l’Entreprise semble être resté trop longtemps l’apanage du monde anglo-saxon. Les recherches de neuf étudiantes en Master de l’Université François Rabelais de Tours,apportent une dimension nouvelle à cette vente aux enchères de Cheverny. Nous remercions officiellement et chaleureusement l’Université de Tours et son président Loïc Vaillant, le département d’Histoire de l’art et sa directrice Pascale Charron, le professeur Manuel Royo, ainsi que les professeurs et étudiants qui ont participé à ce projet.

Vous découvrirez au fil de ces pages trois dossiers préparés dans ce cadre. Le premier concerne une pendule cage (n°188), provenant des collections de la première dame d’honneur de Marie-Antoinette, la comtesse de Noailles. L’article fait le point sur notre connaissance de ces cages.Huit seulement sont conservées à travers le monde dans des musées; elles ont été méthodiquement comparées à la nôtre.

Le deuxième a suscité des échanges nourris avec les Conservateurs des champs de fouilles archéologiques en Italie : il s’agit d’un mannequin étrusque (n°108), provenant de la collection tourangelle du docteur Découflé. On ne connaissait que cinq mannequins analogues au monde, dont un, au Louvre ! L’exceptionnelle qualité de conservation de notre mannequin a provoqué des jeux de questions-réponses transalpins d ’une grande intensité. Un test de thermo luminescence est venu définitivement étayer la thèse que nous avancions.

Le troisième, enfin, présente vingt dessins d’Alberto Giacometti (n°320 et suivants) provenant de la collection Tériade-Joannidès. Dans ce catalogue de Cheverny vous lirez, entre autres, une analyse des études de l’artiste d’après Cimabue. Ces dessins étaient jusqu’alors présentés aux enchères comme de simples «Têtes byzantines». Les recherches qui ont été conduites à leur propos, sont donc inédites.Nous vous souhaitons une bonne lecture et une très belle découverte des 260 œuvres d’art que nous avons soigneusement sélectionnées pour cette 23e édition de la vente à Cheverny !

Philippe et Aymeric ROUILLAC


Pendule cage à oiseaux

Mannequin étrusque