TOURS - VENDÔME - PARIS
COMMISSAIRES - PRISEURS
EXPERT PRÈS LA COUR D'APPEL
PORTRAIT D'UN JEUNE GARÇON VERS 1820-30 : BALZAC ???





École ANGLAISE vers 1820-30.
Portrait d'un jeune garçon.


Toile.

54,5 x 46 cm (restauration).

Provenance : château du Chinonais, Touraine.

Selon la tradition familiale de ses propriétaires, ce portrait d'un jeune garçon serait un portrait d'Honoré de Balzac. En effet, cet enfant évoque par certains traits physiques le célèbre écrivain.
Le docteur Benoît, pédiatre, interrogé à propos de ce portrait indique qu'il s'agit d'un enfant âgé d'environ une douzaine d'années (entre 11 et 12 ans), pas encore entré dans l'adolescence. Il semble issu d'un milieu favorisé, bien portant et représenté dans un costume bourgeois.
Si nous nous référons à la biographie de Balzac, ce portrait aurait été réalisé après son retour du collège des Oratoriens de Vendôme en 1813. Balzac est alors âgé de 14 ans et donc plus vieux que l'âge supposé de l'enfant sur le portrait. Il semble peu probable que le portrait ait pu être réalisé entre temps puisque les élèves n'étaient pas autorisés à sortir du collège, même pendant les vacances. Néanmoins, ils pouvaient recevoir plusieurs visites de leurs parents et aller en ville.
Un second problème est à soulever ici. En effet, lorsque Balzac revient, à Tours en 1813, il souffre d'une maladie inconnue : c'est pour cette raison que le directeur du collège demande aux parents du jeune adolescent de venir le chercher à Vendôme. À cette époque, Balzac est apparemment très chétif, son physique ne correspondant certainement pas à l'enfant bien portant représenté ici.

Une source précieuse pour l'étude de ce portrait réside dans les différentes descriptions de Balzac, écrites ou artistiques (dossier à télécharger sur rouillac.com). Pour les plus intéressantes descriptions écrites, nous pouvons citer celle que décrit Balzac lui-même dans Louis Lambert (1832-1836). Dans ce roman, l'écrivain dresse son propre portrait à travers celui du collégien vendômois :
" Ses cheveux d'un beau noir et bouclés par masses prêtaient une grâce indicible à son front, dont les dimensions avaient quelque chose d'extraordinaire, même pour nous, insouciants, comme on peut le croire, des pronostics de la phrénologie, science alors au berceau. La beauté de son front prophétique provenait surtout de la coupe extrêmement pure des deux arcades sous lesquelles brillait son œil noir, qui semblaient taillées dans l'albâtre, et dont les lignes, par un attrait assez rare, se trouvaient d'un parallélisme parfait en se rejoignant à la naissance du nez. "

Si ce portrait ne peut bien sûr avoir une valeur scientifique, nous pouvons le confronter aux autres descriptions de l'écrivain par ses contemporains, notamment celle de Théophile Gautier en 1835 : " Le nez, carré de bout, partagé en deux, aux narines bien ouvertes, avait un caractère particulier. […] Le front était beau, vaste, noble, sensiblement plus blanc que le reste du masque, sans autre pli qu'un sillon vertical à la racine du nez […] les cheveux abondants, drus et noirs, se rebroussaient en arrière comme une crinière de lion. Quant aux yeux, il n'en exista jamais de pareils. Ils avaient une vie, une lumière, un magnétisme inconcevables. Malgré les veilles, la sclérotique en était pure et bleuâtre et enchâssait deux diamants noirs qu'éclairaient par instants de riches reflets d'or. "

De manière générale, dans toutes les descriptions physiques de Balzac, les observateurs insistent sur sa carrure imposante, son front haut, sa chevelure épaisse et noire, sa large bouche et enfin ses yeux bruns. Ces caractéristiques physiques sont présentes dans la majorité des portraits de Balzac réalisés au cours de sa vie.

Si dans le portrait supposé de Balzac enfant, nous pouvons retrouver sans difficulté la chevelure épaisse et désordonnée de l'écrivain et la rondeur des traits qui vont le caractériser, un élément contredit cette identification. L'enfant portraituré a en effet les yeux bleus et non les yeux bruns de l'écrivain, comme nous l'a judicieusement fait remarquer, Paul Métadier, consulté à ce sujet.

Enfin, un indice de datation se trouve dans le costume que porte l'enfant. Il s'agit d'un costume " à la mode des adultes " composé d'une chemise blanche, d'un gilet et d'une redingote noirs. Selon Mme Alexandra Bosc, conservatrice du patrimoine au Musée de la Mode de la Ville de Paris, il s'agit d'un costume anglais, caractéristique des années 1830. Si cette datation est confirmée, il sera certain qu'il ne s'agit pas ici d'un portrait d'Honoré de Balzac.

Cette étude a été réalisée en partenariat avec des étudiants de
l'Université François- Rabelais de Tours.