TOURS - VENDÔME - PARIS
COMMISSAIRES - PRISEURS
EXPERT PRÈS LA COUR D'APPEL
LE JARDIN DE TOURAINE

"LE JARDIN DE TOURAINE"

Portrait des quatre premières générations de Bretonneau, médecins en Touraine.

" La plupart des grands médecins ont été ou sont d'excellents écrivains " confiait le Professeur Émile Aron, décédé l'an dernier à l'âge de 103 ans, lui même auteur de plus de 350 publications. Il relève que c'est un médecin qui inventa l'expression " Jardin de Touraine ", et se demandait avec humour "si La Touraine n'était pas à la fois le Jardin de la France et le Jardin de la Santé ? " Ces quatre tableaux, conservés par un descendant du grand médecin tourangeau Pierre-Fidèle Bretonneau (1778-1862) rappelle que ce praticien descendait de huit générations de médecins, qui exercèrent, tous, en Touraine pendant trois siècles. Les quatre premières générations ici représentées : René, Théodore (I), Théodore (II) et Louis, forgèrent le désormais célèbre " Jardin de Touraine " !

Provenance :
- Collection du docteur Pierre-Fidèle Bretonneau, Tours.
- Par descendance, collection particulière, Tours.

École FRANCAISE du XIXème siècle.
Portrait du médecin René Bretonneau.
Sur sa toile d'origine. Inscrit en haut à gauche ANAGRAME / A NAITRE / OU BIEN ETRE . / ANNO AET. / SUAE. 52. Inscrit en haut à droite APOLLINIS / AESCULAPIO.
68,5 x 56 cm

René Bretonneau (né à Vernantes en Anjou): Écuyer, conseiller, médecin ordinaire du roi sous les derniers Valois, " gentilhomme à la droite de la cour " est l'auteur célébré d'un traité de médecine en vers français intitulé " La génération de l'homme et le temple de l'âme " publié avec plusieurs autres poèmes en 1583. Sur son portrait figurent les armes de la famille Bretonneau : d'or à un saule de sinople aux serpents en caducée. La devise de cet écuyer royal est : " à naitre ou bien être ".

École FRANCAISE du XIXème siècle.
Portrait du médecin Théodore (I) Bretonneau.
Sur sa toile d'origine. Inscrit en haut à gauche 1628. / INTERIORA . NON . SEQQUUTUS T. B.
Inscrit en haut à droite RONUS ODOR / DOCTOR MEDICUS . / ANNO / AETATIS SUAE 62.
69 x 57 cm.

Théodore (I) Bretonneau (Beaulieu les Loches, 1566 - Chartreuse du Liget, 1636) : Docteur en médecine de la paroisse de Saint-Laurent de Beaulieu- les-Loches, auteur d'une complainte en vers français sur le " Trépas de Jean Edouard du Monin, poète et philosophe ", publiée lors de ses études en 1586. Fils de René Bretonneau, le Professeur Aron le juge moins brillant que son père. Il est également l'auteur d'un " Traité de la maladie pestilentielle qui sévit à Loches en l'an 1597 ". Il est représenté tenant dans la main une fleur de pavot, avec des armes dans un cartouche.

École FRANCAISE du XVIIème siècle.
Portrait du médecin Théodore (II) Bretonneau.
Sur sa toile d'origine. Inscrit en haut THEODORE BRETONNEAU / AETATIS SUAE 65 . / 1662
69 x 57 cm.

Théodore (II) Bretonneau (1597- Ligueil, 1665) : Fils de Théodore (I) Bretonneau, iI s'installe à Ligueil comme apothicaire en 1619. Il s'associe avec le chirurgien Bertrand Bonneau, qui lui dispense sa formation libérale en chirurgie lui permettant d'être admis comme maître chirurgien en 1630. Ligueil compte alors neuf chirurgiens-apothicaire, tous parents ! Face à une telle concurrence Théodore (II) renonce à cette profession et se fait nommer en 1640 fermier général de la baronnie de Ligueil, situation plus lucrative pour subvenir aux besoins de ses quinze enfants.

École FRANCAISE du XVIIème siècle.
Portrait du médecin Louis Bretonneau.
Sur sa toile d'origine. Inscrit en haut Louis Bretonneau / AETATIS SUAE 30.
69 x 57 cm.

Louis Bretonneau de la Bissonaye, (né à Ligueil en 1629 - ) : Écuyer et docteur en médecine, il est le fils de Théodore (II). Il envoie en 1662 à son frère Pierre, médecin à Amboise, " un petit livre manuscrit de notre père sur le jardin de santé ". Le professeur Émile Aron s'interroge : " Cette œuvre manuscrite et introuvable évoquait-elle la Touraine ou plus probablement le jardin où l'apothicaire Théodore Bretonneau cultivait à Ligueil les plantes médicinales qui représentaient alors l'essentiel de la thérapeutique ? "

Bibliographie :
- Émile Aron, " La médecine en Touraine des origines à nos jours ", éd. C.L.D., Chambraye les Tours, 1992.